Coaching et médiation singulière

Nous considérons le coaching professionnel comme une médiation singulière.

Contrairement aux apparences, il y’a trois acteurs dans un coaching : le coaché, le coach et l’institution. Si bien les séances se déroulent entre le coach et le coaché, l’institution y est présente, symboliquement. C’est en cela que l’on peut considérer le coaching comme étant une médiation.

Pourquoi singulière? La situation rencontrée est toujours singulière et de différents points de vue. Du point de vue de l’individu, du point de vue de l’entreprise. La singularité de l’individu, c’est sa propre histoire, son cheminement, sa culture, ses croyances, sa position dans l’institution, sa façon de travailler. Celle de l’entreprise c’est aussi son histoire, sa culture, ses croyance, sa position dans  la sphère économique et sociale, son mode d’organisation interne. La singularité des conflits c’est qu’ils peuvent-être non-dits, latents, présents et en tout cas, c’est qu’ils mettent en scène la subjectivité des individus au sein des équipes et cette subjectivité ne se travaille pas à coup de recettes, elle n’est pas objectivable.

C’est à travers le décentrement que l’individu peut en tant que sujet, réaménager sa vision des situations, prendre de la distance sur son action, son rapport aux autres, ses difficultés dans ses relations de travail.

C’est grâce à la parole du “coaché” qui s’exprime dans le cadre particulier de cette médiation singulière, que le travail se construit au fil des séances, que le positionnement évolue.

 

 

This entry was posted in Outils management and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published.